SCT: Syndrome du choc toxique

Selon le rapport de l’ANSES, 81% des femmes ont une perception des risques liés à l’utilisation des protections périodiques mais ne peuvent les identifier, les coupes menstruelles sont perçues par les femmes comme les protections les moins risquées.. Il faut savoir que toutes les protections comportent des risques d’infection, d’irritation, d’ulcération, de sécheresse, de prurit, etc. Mais le syndrome du choc toxique menstruel est un risque dû à l’utilisation des protections hygiéniques internes.

Donc le SCT c’est quoi?

Toutes les femmes sont porteuses du staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) puisque cette bactérie fait partie de la flore de tout individu. Pourtant, le syndrome du choc toxique est un syndrome rare puisqu’il ne touche que les femmes en bonne santé porteuses de cette bactérie dans leurs vagins, soit 1%.

« Le risque de développer un SCT augmente avec la durée de port des protections hygiéniques internes. » Lorsque ces protections restent plus de 8h dans le vagin, elles vont bloquer le sang menstruel qui va rester chaud et devient un milieu de culture propice à cette bactérie.
Il ne faut que quelques heures à la toxine pour se diffuser dans l’organisme. Face à la toxine, les organes vitaux se mettent en mode de survie, aux dépens des extrémités, de moins en moins irriguées, c’est pourquoi ce syndrome peut entraîner la perte de certains membres et la mort.

Les syptômes du SCT

Les symptômes du choc toxique sont de la fièvre, une baisse de la tension, une rougeur de la peau avec une élimination de l’épiderme et un dysfonctionnement multiple des organes.

En cas de doute, il s’agit d’une urgence où il faut le plus rapidement possible retirer le tampon ou la coupe menstruelle et se rendre aux urgences en précisant que l’utilisatrice à ses règles !

Precautions

Selon plusieurs études, plusieurs règles simples doivent permettre de se prémunir contre ce syndrome:

  1. Se laver les mains au savon avant d’insérer ou de retirer une coupe menstruelle
  2. Utiliser une coupe menstruelle qui est adaptée au besoin de l’utilisatrice (prendre la bonne taille)
  3. Vider sa coupe menstruelle toutes les 4 à 8 heures et éviter d’en porter la nuit
  4. Ne pas oublier de vider sa coupe menstruelle
  5. Éviter d’utiliser une coupe menstruelle (et des tampons) lorsque la personne a déjà reçu un diagnostic de choc toxique staphylococcique menstruel

Autres protections hygiéniques

Dans une étude française publiée par « Applied and Environmental Mircobiology » , des chercheurs ont décelé de plus grands taux de S. aureus dans des coupes menstruelles (be’Cup, Me Luna) que dans des tampons. Ils suggèrent que la principale cause de cette découverte est l’air qui est inséré dans le vagin par l’insertion de la cup, la composition n’est quant à elle pas identifiée comme la cause. Cette air additionnel, lié au volume et à la forme de la cup, est un milieu plus propice pour la bactérie. Cette recherche démontre que la cup est un facteur de risque pour le SCT et recommande l’utilisation de plus petites coupes menstruelles.

Elle prouve donc que les coupes menstruelles ne sont pas plus sûres que les tampons et qu’il faut donc adopter la même vigilance. L’étude démontre également qu’un biofilme de la bactérie se crée après 3 utilisations et préconise de la stériliser ou de réutiliser une seconde cup stérile pour éviter tout risque. D’après une étude publiée par « Lancet Public Health » , cinq cas de femmes atteintes du SCT et utilisant une coupe menstruelle en silicone ont déjà été observés.

Le 14 janvier 2020, une jeune fille belge est décédée du SCT.


Sources

1. Nonfoux, L. Chiaruzzi, M. Badiou, C. Baude, J. Tristan, A. Thioulouse, J. Muller, D. Prigent-Combaret, C. Linaa, G. (2018). Impact of Currently Marketed Tampons and Menstrual Cups on Staphylococcus aureus Growth and Toxic Shock Syndrome Toxin 1 Production In Vitro. American Society for Microbiology.
2. van Eijk, A. M. Zulaika, G. Lenchner, M. Mason, L. Sivakami, M. Nyothach, E. Unger, H. Laserson, K. Phillips-Howard P. A. (2019). Menstrual cup use, leakage, acceptability, safety, and availability: a systematic review and meta-analysis. Lancet Public Health.